ContactFacebookFlickrPlanRss
M L X

Cinéma : « La Traviata »

Auditorium
16200 JARNAC

GPS : 45.6863458,-0.18468940000002476

Date : Le 08/09/2017

Cinéma : « La Traviata »

Vendredi 8 septembre à 20h45

Auditorium Maurice Ravel à Jarnac

Opéra en trois actes de Giuseppe Verdi (1853)
Livret de Francesco Maria Piave
D’après le drame d’Alexandre Dumas fils La Dame aux camélias
Direction musicale : Francesco Ivan Ciampa
Mise en scène : Benoît Jacquot
Décors : Sylvain Chauvelot
Costumes : Christian Gasc
Lumières : André Diot
Chef du Chœur : Alessandro Di Stefano
Orchestre et Chœur de l’Opéra national de Paris

 

Après Dumas fils, c’est Verdi qui donna son immortalité à la Dame aux camélias dans un chef-d’œuvre cruel et sublime, l’un des plus étreignants du répertoire. Benoît Jacquot met en scène Diana Damrau dans cet opéra de l’amour et du sacrifice.
« Et cette pauvre Mariette Duplessis qui est morte… C’est la première femme dont j’ai été amoureux, qui se trouve dans je ne sais quel cimetière, livrée aux vers du sépulcre ! Elle me le disait bien il y a quinze mois : “Je ne vivrai pas : je suis une singulière fille et je ne pourrai y tenir cette vie que je ne sais pas ne pas mener et que je ne sais pas non plus supporter. Prends-moi, emmène-moi où tu voudras ; je ne te gênerai pas, je dors toute la journée, le soir tu me laisseras aller au spectacle et la nuit tu feras de moi ce que tu voudras !” Je ne vous ai jamais dit de quel singulier attachement je m’étais pris pour cette charmante créature. Maintenant la voilà morte… Et je ne sais quelle étrange corde d’élégie antique vibre dans mon cœur à son souvenir. ».
Ainsi Franz Liszt évoquait-il à Marie d’Agoult le fantôme inoubliable de celle qui allait devenir la Dame aux camélias. Après Dumas fils, c’est Verdi qui lui donna son immortalité dans un chef-d’œuvre singulier, l’un des portraits de femme les plus étreignants du répertoire, à la fois cruel et sublime.
Après Werther, Benoît Jacquot met en scène Diana Damrau dans cet autre opéra de l’amour et du sacrifice.